Résultats sur le sondage «Covid-19 é Libertés en Afrique» – Avril / Mai 2020

Share this article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Le soutien aux mesures restrictives pour contrôler la propagation du virus Covid-19 est largement répandu en Afrique, cependant la nécessité de sauvegarde des libertés suscite une forte préoccupation.

 

Les Africains sont fortement divisés sur l’interventionniste du gouvernement dans les libertés économiques et les libertés civiles, ils ne blâment toutefois pas la mondialisation et le libre-échange comme responsables de la crise sanitaire mondiale, et sont par contre en colère contre la corruption et la mauvaise gouvernance qui mettent en danger les systèmes de santé. Il existe des différences régionales importantes, où par exemple les populations d’Afrique Australe sont plus sceptiques vis-à-vis de leurs gouvernements. Aussi, les jeunes Africains sont davantage favorables à des contrôles gouvernementaux plus forts.

 

Il y a un large soutien à travers le continent africain que pour contrôler la propagation du virus Covid-19, des mesures restrictives devraient être prises. 92% des Africains soutiennent de telles mesures, les femmes (95%) encore plus que les hommes (90%) et les Africains de l’Est encore plus (96%). En effet, la moitié des Africains non seulement soutiennent les mesures, mais croient également qu’elles ont des effets bénéfiques sur la société, alors qu’un pourcentage important de 40% soutiennent les mesures mais les considèrent comme un risque pour les libertés individuelles. 7% pensent par contre que les mesures vont trop loin et mettent inutilement ces libertés en danger, et à peine 1% pensent que les mesures ne sont pas du tout nécessaires.

 

C’est moins le cas en Afrique australe, où seulement 32% voient des effets bénéfiques sur la société, 47% voient un risque pour les libertés et 14% trouvent les mesures allant trop loin.

 

Ces données sont le résultat d’un sondage réalisé auprès de 1200 participants volontaires à travers l’Afrique par le Réseau Libéral Africain (RLA) et la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté (FNF), entre le 16 et 30 Avril 2020. L’enquête a couvert 36 des 54 pays africains.

 

L’enquête montre que 62% des Africains (en Afrique de l’Est même 71%) sont prêts à renoncer à une partie ou à plusieurs de leurs libertés pour une période plus longue afin de maîtriser le virus (femmes 70%, hommes 58%), alors que 32% sont prêts à le faire pendant quelques semaines tout au plus, et 4% pas du tout.

 

C’est peut-être le cas, car 65% des Africains pensent que le virus est particulièrement risqué en Afrique, parce que «les systèmes de santé ont souffert de la corruption et d’un gouvernement malhonnête» (en Afrique de l’Est, ce chiffre monte à 71%, il est de 62% en Afrique de l’Ouest et en Afrique australe à 77% ). En revanche, 21% pensent qu’il est exagéré de le dire et 11% sont en désaccord.

 

En ce qui concerne les causes du virus en Afrique, moins d’un quart (23%) pointe du doigt la mondialisation et le libre-échange et estime par contre que les frontières devraient rester fermées pour mieux contrôler la propagation du virus (en Afrique de l’Ouest encore moins, seulement 19% accusent l’économie de marché, mais en Afrique de l’Est, c’est 38%). 32% pensent qu’il est exagéré de blâmer les marchés ouverts, et 41% (en Afrique australe 48%) ne sont pas du tout d’accord avec les accusations contre la mondialisation et le libre-échange. Et sont favorables pour l’ouverture des frontières.

 

Entre autres résultats, les Africains voient beaucoup de fausses informations autour de cette crise sanitaire. Un peu plus du quart (27%) pense que toutes les informations sur le virus sont correctes, alors que 60% ne le pensent pas et prennent les informations avec des pincettes. 8% pensent même que la plupart des informations sont fausses et créent inutilement la panique.

 

La crise a-t-elle renforcée la confiance des Africains dans leurs gouvernements? Une forte disparité dans le jugement. Depuis le début de la crise, 15% font davantage confiance à leur gouvernement qu’auparavant, tandis que 16% font moins confiance à leur gouvernement qu’auparavant. À peu près 11% font entièrement confiance à leur gouvernement, 41% seulement jusqu’à un certain point, et 15% n’ont tout simplement jamais fait confiance à leur gouvernement (« n’ont toujours pas »).

 

En Afrique australe, les gouvernements ont fait pire dans la gestion de la crise: alors que 15% font plus confiance à leur gouvernement qu’auparavant, 25% leur font moins confiance. Les femmes sont plus sceptiques vis-à-vis de leur gouvernement que les hommes.

 

Y a-t-il des effets positifs de la crise? Près de neuf Africains sur dix voient un effet positif sur l’environnement, plus d’un tiers (34%, parmi les femmes même 39%) y voient un « changement bienvenu », alors que 53% reconnaissent l’effet positif mais croient que l’impact négatif sur la santé publique et l’économie est plus important que l’effet positif sur l’environnement. Un quart (27%) des Africains voient émerger une «société plus aimable» en raison de la crise, un autre quart (25%) ne le voit pas du tout, alors que 44% conviennent qu’il y a un effet positif sur les relations sociales mais constate que les effets négatifs sur la santé publique et l’économie sont plus importants.

 

La crise a-t-elle changé l’opinion sur l’intervention du gouvernement dans l’économie? 39% étaient de toute façon en faveur de l’intervention du gouvernement, et 17% sont désormais plus convaincus qu’auparavant que c’est une bonne chose, par exemple dans l’organisation de la santé publique et d’autres réglementations qui protègent les groupes défavorisés. 25% étaient toujours opposés à une trop grande intervention du gouvernement, et ils sont rejoints par 15% qui sont maintenant plus sceptiques qu’auparavant car bon nombre des effets négatifs de la crise ont été causés par la gouvernement (mauvaise gestion du système de santé, limitations du commerce). C’est très différent en Afrique australe, où seulement 18% soutiennent l’intervention du gouvernement, avec 8% maintenant en plus, tandis que 42% étaient toujours opposés et sont maintenant rejoints par 29% supplémentaires. L’inverse est vrai en Afrique de l’Ouest, où plus de la moitié (53%) étaient toujours en faveur de l’intervention du gouvernement (désormais rejointe par 15% supplémentaires) et seulement 15% (désormais rejointe par 9% supplémentaires) s’y étaient opposés. Chez les jeunes, le soutien à l’intervention gouvernementale est fort (44%, plus 17% de nouveaux convaincus), chez les hommes (59%), il y a plus de soutien à l’intervention gouvernementale que chez les femmes (48%).

 

Enfin, la crise a-t-elle modifié l’opinion sur les libertés individuelles, telles que la liberté de circulation, la liberté de réunion et la liberté de la presse? 28% étaient et sont toujours en faveur d’un contrôle gouvernemental fort sur les libertés, et en plus de cela, 14% sont davantage en faveur de tels contrôles, car «si vous permettez aux gens de faire ce qu’ils veulent, vous vous retrouvez avec des crises telles que Covid19 ». D’un autre côté, 34% ont toujours soutenu et soutiennent toujours le maximum de libertés individuelles, et ils sont rejoints par 16% supplémentaires parce que «la crise a montré à quel point elle est terrible lorsque le gouvernement prive les citoyens de libertés pour organiser leur propre vie». Ici aussi, la situation est différente en Afrique australe, où 18% et 6% de plus (nouveau) soutiennent un contrôle gouvernemental fort sur les libertés, alors que 45% ne l’ont jamais fait et sont rejoints par 25% supplémentaires. En Afrique de l’Est, les partisans et les opposants à un contrôle gouvernemental fort sont également équilibrés (26% chacun), mais 28% sont désormais plus convaincus de ces contrôles et 15% de moins. En Afrique de l’Ouest aussi, les partisans et les opposants à un contrôle gouvernemental fort se tiennent (31% chacun). Parmi les jeunes, 32% soutiennent un contrôle fort et 30% ne le font pas, mais 19% en sont désormais plus convaincus alors que 13% ne le sont pas.

 

Gilbert Ouédraogo & Jules Maaten

Président du Réseau Libéral Africain (RLA)
et Directeur Régional et la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté (FNF)

Read more news and current affairs

Eid el Fitr

Dear members, dear colleagues   Greetings to all and my wishes of good health for you, your families and loved ones.   Please allow me

We are proudly associated with the following partners:

To become a member party

About Us

The Africa Liberal Network is an alliance of 47 liberal democratic political parties and organisations from 30 African countries.

The Africa Liberal Network is also an associated organisation of Liberal International, the political family that liberal democratic parties belong to.

Contact Us

  • 3rd Floor The Travel House
    4 – 6 Hood Avenue, Rosebank,
    Johannesburg, 2196
    Republic of South Africa

© 2020, Africa Liberal Network. All Rights Reserved

Website developed by Phasha360 Design Studio